Jean-Thomas Trojani : La France a besoin d’une stratégie d’influence en Europe

Spread the love

Indiquons tout de suite le principe de notre démonstration. Ce que la raideur de l’idée fixe est à l’esprit, certains vices ne le seraient-ils pas au caractère ? Il est vrai que pour ce qui est des expériences qui peuvent y servir, un homme seul ne sauroit suffire à les faire toutes : mais il n’y sauroit aussi employer utilement d’autres mains que les siennes, sinon celles des artisans, ou telles gens qu’il pourroit payer, et à qui l’espérance du gain, qui est un moyen très efficace, feroit faire exactement toutes les choses qu’il leur prescriroit. La France a un double problème, de demande et d’offre. Il est impossible de confronter au grand passé de la philosophie des autres pays, la pensée philosophique d’un pays qui n’a égalé dans ses plus hautes productions la culture occidentale que dans le seconde moitié du XIXe siècle. Pourvu que ce libre accès lui reste toujours ouvert, le zèle volontaire et gratuit de ses rares promoteurs, secondé par le bon sens universel, et sous l’impulsion croissante de la situation fondamentale, ne redoutera jamais de soutenir, même dès ce moment, une active concurrence philosophique envers les nombreux et puissants organes, même réunis, des deux écoles anciennes. Quant à ces tendances vraiment élémentaires, elles portent, croyons-nous, une marque à laquelle on les reconnaît. Ici, comme ailleurs, les faits nous invitent à voir dans l’activité cérébrale un extrait mimé de l’activité mentale, et non pas un équivalent de cette activité. Le reste du monde avait besoin de dollars que seuls les USA pouvaient fournir. Il n’est pas impossible qu’un événement arrivé à la Chine ou au Japon ait une certaine influence sur des faits qui doivent se passer à Paris ou à Londres ; mais, en général, il est bien certain que la manière dont un bourgeois de Paris arrange sa journée n’est nullement influencée par ce qui se passe actuellement dans telle ville de Chine où jamais les Européens n’ont pénétré. Un leadership chinois ou européen ressemblerait sans doute à la Pax Britannica qui a précédé la Première Guerre mondiale. Il y a assez longtemps, après tout que le Sacré-Cœur nous empoisonne ; qu’on lui fasse refiler la comète. Je reconnais d’ailleurs que la définition ainsi obtenue risquera de paraître, à première vue, trop étroite, comme les définitions obtenues par l’autre méthode étaient trop larges. Certes, l’impératif politique de la sauvegarde de l’intégrité de la zone euro exclut les mesures appropriées en termes économiques. Laissez donc de côté les reconstructions artificielles de la pensée ; considérez la pensée même ; vous y trouverez moins des états que des directions, et vous verrez qu’elle est essentiellement un changement continuel et continu de direction intérieure, lequel tend sans cesse à se traduire par des changements de direction exté­rieure, je veux dire par des actions et des gestes capables de dessiner dans l’es­pace et d’exprimer métaphoriquement, en quelque sorte, les allées et venues de l’esprit. Tout le problème est qu’aujourd’hui les exemples dont on parle le plus – qu’il s’agisse des villes « nées intelligentes » comme Songdo en Corée ou Masdar à Abu Dabhi, ou de celles qui essayent de le devenir comme Rio de Janeiro ou Londres – semblent aller tout droit dans le mur. Les traditions et les coutumes des autres individus sont jusqu’à un certain point des témoignages de ce que l’expérience leur a appris, et ces témoignages, cette présomption doit être accueillie avec déférence par l’adulte que nous venons de supposer. Eh bien, ce que la nature fait de loin en loin, par dis­traction, pour quelques privilégiés, la philosophie ne pourrait-elle pas le faire, dans un autre sens et d’une autre manière, pour tout le monde ? Les promoteurs immobiliers considèrent en effet que le stock excessif dans les plus petites villes se résorbera d’ici à la fin de 2015. Il ne faut pas que les canons partent. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois » Le savoir que l’on ne complète pas chaque jour diminue ». Il est aisé d’en conclure que le coupable de la détérioration des comptes extérieurs des émergents se trouve être l’effondrement de la consommation intérieure de l’Union. Pourtant, même si l’Europe ne se trouve plus au coeur des grands enjeux stratégiques mondiaux, elle n’est pas à l’abri du danger. il assiste à des scènes déchirantes, etc. Ne nous déchirons pas entre frères !

Pages