Les principaux acteurs des LMNP

Posted on novembre 24, 2017 in Uncategorized by

Spread the love

On oublie que Dieu, ce suprême idéal, devrait être tout simplement incapable de faire du mal à personne, à plus forte raison de rendre le mal pour le mal. Car, dans l’hypothèse, il y aura pour le choléra une marche et une allure générales, qui ne seront pas modifiées ou qui ne subiront que des modifications d’un ordre secondaire, selon les dispositions des populations ou des individus accidentellement soumis à son invasion : comme la marche et l’allure du mistral ne dépendent pas sensiblement des circonstances accidentelles qui ont amené telle ou telle molécule d’air dans la région où ce vent domine. Vous ne trouverez pas la place nécessaire pour tracer une seule page du long martyrologe des générations humaines, pour y ébaucher l’histoire de leurs navrements lamentables, des dix-huit siècles de douleurs, de rages, de résignations et de révoltes qui vinrent s’enfouir dans l’ombre de la cathédrale ou se briser sur sa pierre. Les principaux acteurs des LMNP aime à rappeler ce proverbe chinois « La maison tournée vers le soleil est chauffée la première ». A cet égard, les QE ne sauraient remplacer, comme ils ne seront jamais aussi efficaces (du point de vue de la vélocité de la Masse Monétaire), que la dépense publique directe de la part de l’Etat. Je n’ai pas vu, je ne verrai jamais une absence de vers. L’approche du deuxième anniversaire de la loi (dite « de sécurisation de l’emploi », juin 2013) qui a transposé ces nouvelles dispositions dans son article 5 est l’occasion de faire le point sur la mise en œuvre effective dans les entreprises. Le gouvernement préfère gesticuler avec l’encadrement des remboursements par les mutuelles, mesure aussi inutile que néfaste, plutôt que de mobiliser la DGCCRF pour lutter contre la minorité de margoulins du secteur. C’est dans les lois des phénomènes que consiste réellement la science, à laquelle les faits proprement dits, quelque exacts et nombreux qu’ils puissent être, ne fournissent jamais que d’indispensables matériaux. Ce sont des riverains « pas de ça près de chez moi », souvent des habitants nantis – l’Ouest parisien est à cet égard exemplaire –, assez pour faire durer les recours, assez introduits auprès des grands médias pour souffler les mots qui déconsidèrent un projet. Elles n’en constituent pas moins ce qu’il y a de plus solide dans l’obligation. Mais visiblement personne n’a l’intention de l’empêcher. De toute manière, je pourrai, en poussant l’analyse assez loin, arriver à des éléments que je tiendrai pour immuables. Du mécanique plaqué sur du vivant, voilà encore notre point de départ. Veut-on vraiment renoncer à 10 000 emplois de plus rien qu’à Paris ? Peut-on vraiment renoncer à 20 000 emplois supplémentaires à temps plein si l’on autorise l’ouverture 10 à 12 dimanches par an comme l’affirme le Conseil du commerce de France ? Ne peut-on pas sérieusement relire l’étude du Conseil d’analyse économique de 2007 qui explique qu’empêcher les Français de travailler le dimanche c’est renoncer à 100 000 emplois dans celui du commerce de détail. De même un médecin ne peut moralement pas refuser ses soins dans une épidémie.

Pages