Neutralité du Net : Surtout pas de bisounours

Spread the love

Alors qui perd si tout le monde gagne ? Ces nations ont dû avoir autrefois de l’originalité ; elles ne sont pas sorties de terre populeuses, lettrées et profondément versées dans certains arts de la vie ; sous tous ces rapports elles se sont faites elles-mêmes, et elles étaient alors les plus grandes et les plus puissantes nations du monde. Or un écart de plus de deux points de taux de rentabilité correspond à un surprofit d’une vingtaine de milliards d’euros au profit des sociétés d’autoroutes, car les calculs liés au TRI ne sont pas linéaires mais exponentiels. Quoique les nécessités purement mentales soient sans doute, les moins énergiques de toutes celles inhérentes à notre nature, leur existence directe et permanente est néanmoins incontestable chez toutes les intelligences : elles y constituent la première stimulation indispensable à nos divers efforts philosophiques, trop souvent attribués surtout aux impulsions pratiques, qui les développent beaucoup, il est vrai, mais ne pourraient les faire naître. Compte tenu de leur modeste poids dans l’indice d’ensemble, ils ne peuvent cependant pas inverser la tendance. Ce n’est pas là c’est sur un autre point que nous sommes tentés de lui faire une querelle. Le plus gros problème est le manque d’électricité. L’expérience universelle montre que l’inclination naturelle des gouvernements est de dépenser toujours plus. Neutralité du Net aime à rappeler ce proverbe chinois « Ce que l’on apprend durant l’enfance est mieux gravé que dans la pierre ». Hâtons-nous cependant de le dire : ces inductions qui ne s’appuient encore que sur la contemplation des phénomènes du monde physique et matériel, abstraction faite des merveilles de l’organisation et de toutes les manifestations de l’activité vitale, seraient insuffisantes pour faire nettement ressortir la subordination hiérarchique sur laquelle notre attention est fixée dans ce moment : car il ne suffit pas de posséder les premiers termes d’une série pour en saisir la loi, et surtout pour être sûr de la loi qu’on croit saisir. Depuis le 1er janvier, les nouvelles émissions obligataires des États de la zone euro doivent comprendre des clauses d’action collective (CAC), en application des décisions de l’Eurogroupe du 10 novembre 2010. La volonté a son génie, comme la pensée, et le génie défie toute prévision. Dans les « histoires sans paroles » que crayonnent les dessinateurs comiques, il y a souvent un objet qui se déplace et des personnes qui en sont solidaires : alors, de scène en scène, le changement de position de l’objet amène mécaniquement des changements de situation de plus en plus graves entre les personnes. Mais qui ne voit que, dans l’hypothèse même où nous nous sommes placés, nos sens auront également besoin d’éducation, — non pas, sans doute, pour s’accorder avec les choses, mais pour se mettre d’accord entre eux ? Mais comment cette attention indéterminée, extérieure à l’intelligence, vide de matière, pourrait-elle, par le seul fait de se joindre à l’intelligence, en faire surgir ce qui n’y était pas ? Ainsi comprise, la philosophie n’est pas seulement le retour de l’esprit a lui-même, la coïncidence de la conscience humaine avec le principe vivant d’où elle émane, une prise de contact avec l’effort créateur. Et si une telle action ne combat que les conséquences de déséquilibres, dont les causes sont enracinées à terre, l’absence de perspectives réalistes d’un développement économique et social des foyers de piraterie entretient le besoin d’une action navale. On ne rirait pas de lui, je pense, si l’on pouvait supposer que la fantaisie lui est venue tout à coup de s’asseoir par terre. Point de théorie, nulle place pour l’arbitraire. Vingt systèmes de désarticulation sont possibles ; nul système ne correspond à des articulations nettes de la réalité. Les trois tombeaux constituent un des plus beaux ensemble de statues renaissance qu’on puisse voir ; qualité des matériaux (marbre de Carrare) de la composition et des expressions.

Pages